Le Stress Thermique n’est pas une fatalité…

Le Stress Thermique n’est pas une fatalité…

Apprenez à en diminuer les effets !

Depuis quelques campagnes, le stress thermique devient une réelle préoccupation !

Il est responsable de pertes économiques importantes en élevage laitier, mais également en atelier d’engraissement !

Il peut avoir des répercussions à court, moyen et long terme.

Comment savoir si vos animaux sont en stress thermique ?

 

 

L’index THI (Temperature and Humidity Index) est un critère qui combine la température et l’hygrométrie. Il permet ainsi par lecture graphique (cf Tableau ci-dessous) de déterminer le niveau de stress auquel les animaux sont exposés.

Au-delà de 72 de THI les performances commencent réellement à être impactées ! (St Pierre et Al ,2003)

 

⇒ Perte de 0,2 L / point

 

 

Quel impact cela représente-t-il réellement sur une saison ?

Au cours de l’été 2019 deux élevages ont été équipés de sondes mesurant la température et l’hygrométrie. Cela a permis d’apprécier au plus juste l’effet du stress thermique dans notre région sur les pertes de production !

Au quotidien vous pouvez vous équiper d’un thermomètre / hygromètre à positionner dans les lieux de vie des animaux.

 

 

On peut ainsi retenir que sur les mois de juillet, août et septembre,

cela représente plus de 300 litres de lait par vache.

A ces pertes de productions laitières s’ajoutent :

–        Risque accru d’acidose et de troubles de santé associés

–        Baisse du statut antioxydant et une moins bonne gestion de l’inflammation

–        Risque de mammites et de comptages cellulaires élevés

Sans oublier des effets à long terme sur la fertilité et la longévité

 

Nos recommandations pour éviter le stress thermique : 

Confort :

  • Au champ : (Ombre / Nombre de points d’eau)
  • Abreuvement : 150-200L/VL en période de forte chaleur 10 cm d’abreuvement / VL.
  • Ventilation (naturelle ou mécanique).
  • Brumisation / douche.
  • Temps d’attente avant et après la traite.
  • Nombre de places à l’auge et au couchage.

Alimentation :

  • Fractionner la ration : 55-60% le soir et 40-45% la journée
  • Veiller à la distribution d’un fourrage frais / stable et digestible
  • Ration sécurisée et dense en énergie non acidogène.
  • Humidifier la ration.
  • Veiller aux apports en minéraux et en électrolytes (Na, K et Mg).

 

Nutritionnels :

  • Apporte des éléments minéraux (K, Na et Mg).
  • Augmente les apports en antioxydant.
  • assure un soutien hépatique
  • Garantie une bonne intégrité intestinale.

Il s’utilise de 100 à 150g /VL/jour selon le niveau de stress thermique

 

VISEO REPROCELL / VISEO CARTE / VISEA ACTIV

NB. : L’utilisation d’une dose supplémentée de LEVUCELL permet de garantir une bonne sécurité au niveau de l’intégrité ruminale en période de stress thermique.

⇐ : Retrouvez LEVUCELL dans les solutions techniques VISEO et VISEA

 

Contactez votre technicien nutritionniste  pour tout conseil.